Pierre Vadeboncoeur- no 79, hiver 2019/2020

Il y aura bientôt dix ans, Pierre Vadeboncoeur nous quittait. Aujourd’hui, il s’agit moins d’apprécier l’ampleur de l’héritage que cet essayiste d’exception nous laisse que de déterminer ce qui, de lui et de son oeuvre, nous manque le plus. Est-ce son extraordinaire capacité à comprendre son époque, à la rendre intelligible pour ses contemporains ?

Est-ce la hauteur de son exigence, celle-là même qui déclenchait ses colères et nourrissait ses admirations ? Est-ce la fidélité à une vérité transcendante, à une idée de la beauté résolument étrangères à l’air du temps ? Est-ce son attachement indéfectible à la liberté de la pensée, à la vie de l’esprit ? Ou alors son expérience si singulière de l’aventure, faite de croyance et d’incroyance, d’engagement et de réserve, d’espoir et de désillusion ?

Lire l’Article →

Ruses et raisons de l’autodérision – no 78, automne 2019

Ruses et raisons de l’autodérision – no 78, automne 2019


– L’humanité contemporaine semble tenir pour acquis que chacun devrait consacrer une bonne partie de sa vie, voire sa vie même, à s’« affirmer ». C’est ainsi que cette forme ancienne d’humour qu’on appelait l’autodérision a pratiquement disparu des rapports sociaux, qui deviennent chaque jour de plus en plus polarisés, fébriles et chicaniers. Se pourrait-il que la disparition du sens de l’autodérision – le fait de ne pas se prendre trop au sérieux – y soit pour quelque chose ? Se pourrait-il que l’autodérision soit un ingrédient essentiel de la civilité ?

Lire l’Article →

PEINTURE : Manuel Mathieu, un article de Marie-Anne Letarte, no74

« Après avoir habillé la toile de traits vifs dont les coulisses se répandent sans retenue sur d’autres formes, l’artiste applique une peinture plus opaque et épaisse sur d’autres zones. La délimitation de ces deux types d’application crée une structure qui permet aux formes fragmentées de s’extraire du fond et de prendre vie. Ainsi naît une tension qui contribue à ce que Mathieu appelle « l’aura de l’œuvre ». Au-delà du désordre, la vitalité et la douceur de plusieurs tableaux abstraits évoquent par leur poésie et leur beauté un message d’espoir bien présent. Le chaos y est résolu et contrebalancé par un élan de liberté qui transcende la mémoire des bouleversements. »

Lire l’Article →

ESSAI de Normand Baillargeon : Sur le conformisme et un précieux contrepoison – (no 75)

« LE CONFORMISME SOUS L’ÉCLAIRAGE DE LA SCIENCE – Nous sommes tous plus ou moins conscients de la réalité du conformisme et de ses effets, ne serait-ce que par ce que nous observons à propos de la mode. Toutefois (…) je suis tenté de dire que peu de gens en ont aussi bien pris la mesure que les spécialistes du marketing […] » Extrait d’un article de Normand Baillargeon, L’Inconvénient no 75, hiver 2018-2019

Lire l’Article →