Le pays incertain – no 81, été 2020

Depuis le référendum de 1995, qui s’est soldé par une quasivictoire ou une quasi-défaite, selon le point de vue où on se place, la question de l’indépendance s’est curieusement échappée du discours public, comme si elle avait été elle-même aspirée dans les limbes du pays non advenu. Aussi irréel soit-il, celui-ci produit néanmoins ses effets, sculpte les traits d’une psyché collective où s’affrontent les forces souterraines du souvenir et de l’oubli, de l’espoir et de l’abstention, de la résistance et du consentement. L’individu postnational se croit sans doute immunisé contre les ferments de l’histoire, mais l’est-il vraiment ? Qu’elle soit acceptée ou combattue, l’expérience du sursis et de l’incertitude peut-elle ne pas laisser de traces ? Que nous réserve cet étrange désir d’inexister ?

Lire l’Article →